Règlement intérieur

SOMMAIRE

Article 1: Domaine

Article 2 : Présentation générale

Article 3 : Les événements

  • Article 3-1 : Les permanences d’entraînement au « débat FFD »
  • Article 3-2 : Les master-class d’éloquence
  • Article 3-3 : Les chocs

Article 4 : Le Championnat du monde de débat

  • Article préliminaire : Le Comité d’organisation
  • Article 4-1 : Conditions de participation
  • Article 4-2 : Frais de participation
  • Article 4-3 : Date et calendrier
  • Article 4-4 : Désignation des équipes
  • Article 4-5 : Forme du championnat
  • Article 4-6 : Repêchage
  • Article 4-7 : Critères de jugement
  • Article 4-8 : Composition des jurys
  • Article 4-9 : Distinctions et récompenses
  • Article 4-10 : Causes d’exclusion et d’élimination
  • Article 4-11 : Contestations
  • Article 4-12 : Circonstances exceptionnelles

Article 5 : Les règles du « débat FFD »

  • Article 5-1 : Sujets débattus
  • Article 5-2 : Préparation du débat
  • Article 5-3 : Composition des équipes
  • Article 5-4 : Organisation du gouvernement et de l’opposition
  • Article 5-5 : Choix des positions
  • Article 5-6 : Ordre de passage
  • Article 5-7 : Modalités du discours
  • Article 5-8 : Participation du public

 Article 1: Domaine

Le présent règlement organise le déroulement des événements organisés par la Fédération Francophone de Débat. Il ne préjuge en rien des dispositions pouvant régir le déroulement des activités mises en place par les associations membres du réseau F.F.D. Le présent règlement s’ajoute aux dispositions statutaires déposées par la Fédération en préfecture. Il doit être respecté par toute personne participant aux activités de la Fédération Francophone de Débat.

Article 2 : Présentation générale

La Fédération Francophone de Débat est une association indépendante, à but non lucratif, apolitique et non religieuse, dont le principal objectif est de fédérer au sein d’un même réseau l’ensemble des associations pratiquant l’art oratoire et/ou le débat en français à travers le monde.

La Fédération Francophone de Débat met en place un certain nombre d’événements en rapport avec la francophonie et l’éloquence, parmi lesquels figurent notamment des entraînements au « débat FFD », des cours d’expression orale, des rencontres interuniversitaires et un Championnat du monde annuel de débat.

Dans un quotidien rythmé par la parole, qu’elle se manifeste lors de discours, de débats, à la télévision ou la radio, la maîtrise du français constitue à n’en pas douter l’atout majeur de celui qui, dans le pays des droits de l’homme, souhaite exprimer son avis, convaincre, ou encore susciter l’émotion et l’émerveillement de son interlocuteur.

Pour y parvenir, la FFD est bien décidée à transmettre sa détermination ainsi que les moyens dont elle dispose pour former dès à présent les débatteurs de demain, non seulement en facilitant leur prise de parole en public, mais aussi en les aidant à perfectionner leur élocution, leur capacité de persuasion et leur talent d’improvisation.

Les événements qu’elle organise sont tout autant adressés aux associations dont les membres ont le français pour langue natale qu’à celles constituées de non-francophones souhaitant améliorer leur maîtrise de la langue française.

Article 3 : Les événements

  • Article 3-1 : Les permanences d’entraînement au « débat FFD »

Les permanences d’entraînement sont ouvertes à toutes celles et tous ceux qui souhaitent s’entraîner à débattre en français. Ces permanences sont  hebdomadaires. Elles sont organisées par des étudiants ayant déjà une certaine expérience de l’art oratoire et ont pour but d’entraîner les participants à la forme spécifique du « débat FFD ». Ces règles sont exposées à l’article 5 du présent règlement.

  • Article 3-2 : Les master-class d’éloquence

Les Master-class mises en place par la Fédération Francophone de Débat donnent aux étudiants la possibilité d’assister à de véritables cours d’art oratoire dispensés par des professionnels de l’éloquence (avocats, comédiens, professeurs…). L’objectif de ces cours est de faire progresser chaque étudiant en fonction de son rythme et des qualités qui sont les siennes. Les Master-class sont ouvertes à tous: aussi bien aux membres des associations faisant partie du réseau de la Fédération qu’aux étudiants n’étant affiliés à aucune de ces associations.

  • Article 3-3 : Les chocs

Les chocs organisés par la Fédération Francophone de Débat consistent en des rencontres interuniversitaires. Ces joutes sont l’occasion pour l’ensemble des associations pratiquant le débat dans le monde, de se rencontrer et de se défier à l’occasion de « débats FFD » d’exhibition.

Article 4 : Le Championnat du monde de débat

  • Article préliminaire : Le Comité d’organisation

Le Comité est en charge de l’organisation du Championnat du monde de la Fédération Francophone de Débat. Le Comité est composé de la manière suivante : un bureau et des membres actifs. Le bureau est au minimum constitué d’un président. Le président peut nommer un vice-président et/ou un secrétaire général. Le Président du Comité est nommé par le président de la Fédération Francophone de Débat. Sont considérés comme membres actifs du Comité, tous les présidents des associations membres du réseau de la Fédération Francophone de Débat. Les présidents d’association souhaitant eux-mêmes concourir au championnat du monde perdent leur qualité de membre actif au profit d’un membre de leur association qu’ils nomment pour les remplacer. Le Président du Comité est en charge de son administration. Le vice-président et/ou le secrétaire général du Comité l’assistent dans sa mission. Le bureau décide des missions qu’il souhaite confier aux membres actifs. Ces missions peuvent être individuelles ou collectives.

  • Article 4-1 : Conditions de participation

Le Championnat du Monde de débat est ouvert à toutes les associations membres du réseau de la Fédération Francophone de Débat. Sont membres du réseau les associations ayant signé le formulaire d’adhésion à la Fédération. Chaque association est autorisée à envoyer jusqu’à trois délégations de deux débatteurs chacune pour participer au Championnat du monde. Par dérogation, la Fédération Francophone de Débat se réserve la possibilité d’autoriser l’envoi de délégations supplémentaires si des associations en formulent expressément la demande.  Les délégations participant au Championnat doivent avoir fait l’objet d’une présélection interne dont les modalités d’organisation sont laissées à l’appréciation des associations par lesquelles elles sont envoyées. Les associations membres du réseau ont jusqu’au 31 décembre 2013 pour s’inscrire au Championnat du monde de débat 2014. La Fédération Francophone de Débat se réserve le droit de refuser les inscriptions qui ne seraient pas intervenues avant cette date. Les associations devront notamment avoir précisé: le nombre d’équipes de débatteurs qu’elles enverront, le nombre d’accompagnateurs, coachs et juges qui feront également le déplacement.

  • Article 4-2 : Frais de participation

Les frais de participation au championnat sont de : 25 € par participant (débatteur, juge, accompagnateur). Ces frais doivent être réglés avant le 31 décembre 2013

  • Article 4-3 : Date et calendrier

L’édition 2014 du Championnat du monde de la Fédération Francophone de Débat se déroulera du lundi 12 au vendredi 16 mai 2014. Les tours qualificatifs se dérouleront les lundi 12, mardi 13 et mercredi 14 mai. Les demi-finales, le jeudi 15 mai. La finale, le vendredi 16 mai. La Fédération Francophone de Débat se réserve le droit d’apporter des modifications à ce calendrier.

  • Article 4-4 : Désignation des équipes

Pour chaque débat, les délégations composant les équipes sont obtenues après tirage au sort effectué par le président du Comité d’organisation du Championnat du monde.

  • Article 4-5 : Forme du championnat

Le Championnat du monde de débat se déroule de la manière suivante : un premier tour, un deuxième tour, des quarts de finale, des demi-finales, une finale. Chaque délégation participe au minimum à deux débats (premier tour et deuxième tour). A l’issue de ces deux tours, les délégations ayant obtenu la meilleure notation sur les deux débats combinés sont sélectionnées pour participer aux quarts de finale. Seules seize délégations participent aux quarts de finale. A l’issue des quarts de finales, les huit meilleures délégations se qualifient pour les demi-finales. A l’issue des demi-finales, les quatre meilleures délégations se qualifient pour la finale. Si au sein d’un même tour (premier tour, deuxième tour, quarts de finale, demi-finales), le niveau est supérieur d’un débat à l’autre, les jurys concernés sont libres de sélectionner plusieurs délégations au sein d’un même débat et de n’en sélectionner aucune au sein d’un autre. La Fédération Francophone de Débat se réserve la possibilité de modifier les dispositions du présent article, ceci pour s’adapter au mieux au nombre de délégations qui participeront à l’événement.

  • Article 4-6 : Repêchage

Le président du Comité d’organisation du championnat du monde se réserve le droit, après concertation des présidents des jurys concernés, de « repêcher » une délégation vaincue, dès lors que le nombre de candidats ne permet pas d’assurer les duels du tour suivant. Le repêchage n’est possible que d’un tour sur l’autre. Il se fait selon les critères de jugement énoncés à l’article 4-7.

  • Article 4-7 : Critères de jugement

Les juges statuent essentiellement au regard des critères suivants : respect par les candidats de la forme du « débat FFD », justesse de l’argumentation, réfutation de l’argumentation adverse, aisance orale, charisme, aptitude à convaincre le jury et à le séduire. Les candidats ne doivent pas perdre de vue qu’ils participent à un concours où la forme est aussi importante que le fond. Par conséquent, une argumentation parfaite ne constitue pas une bonne prestation si elle est exprimée de façon terne. A l’inverse, un discours réalisé avec beaucoup d’aisance mais mal ou trop peu fondé ne constitue pas non plus une prestation de qualité. On retiendra de ce qui précède que les candidats doivent s’efforcer de respecter l’ensemble des critères ci-dessus énoncés, l’appréciation de la qualité des prestations se faisant in concreto le jour de la prestation.

  • Article 4-8 : Composition des jurys

Les jurys sont composés d’au minimum trois juges. Les juges ont une grande expérience du « débat FFD ». Ils sont avocats, Professeurs d’écoles ou d’universités, Professeurs d’art oratoire, anciens vainqueurs de « concours FFD » ou Présidents d’associations membres du réseau de la Fédération Francophone de Débat. Les critères sur lesquels les juges se fondent sont ceux énoncés à l’article 4-7 du présent règlement. La délibération se fait en l’absence des candidats et du public de la salle.

  • Article 4-9 : Distinctions et récompenses

Remporte le Championnat du monde de débat, la délégation ayant obtenu la meilleure notation lors de la finale. Les deux orateurs composant la délégation victorieuse reçoivent chacun le titre de « champion du monde de débat ». Le débatteur ayant réalisé la meilleure prestation individuelle en finale est proclamé : « meilleur orateur de la finale ». Le meilleur orateur peut aussi bien appartenir à la délégation victorieuse qu’aux trois délégations vaincues.

  • Article 4-10 : Causes d’exclusion et d’élimination

Tout candidat qui ne se conforme pas au présent règlement où dont le comportement apparait comme étant en antagonisme avec les valeurs de l’association est exclu du Championnat. Cette exclusion entraîne l’élimination de la délégation à laquelle il appartient. Toute absence d’un candidat ou tout retard supérieur à trente minutes après appel de son nom entraîne la même sanction.

  • Article 4-11 : Contestations

Toute contestation est portée devant le président du Comité d’organisation du Championnat. Le président du Comité, après avis du président de la Fédération Francophone de Débat décide des suites qu’il convient de donner à la contestation concernée.

  • Article 4-12 : Circonstances exceptionnelles

En cas de circonstances exceptionnelles, le président du Comité d’organisation, en accord avec le président de la Fédération Francophone de Débat, est autorisé à déroger à l’article 4 du présent règlement. Ces dérogations ne peuvent néanmoins avoir lieu que dans le cas où elles sont strictement indispensables au bon déroulement du Championnat.

Article 5 : Les règles du « débat FFD »

  • Article 5-1 : Sujets débattus

Les sujets sont formulés de la manière suivante : « Cette convention soutient […] ».Les sujets sur lesquels les candidats sont amenés à débattre sont en lien avec l’actualité du moment ou traitent de questions de société importantes.

  • Article 5-2 : Préparation du débat

Le temps de préparation laissé aux candidats est de : 60 minutes par débat. Les candidats sont autorisés à utiliser toutes les sources d’information qu’ils estiment nécessaires à la préparation du débat.

  • Article 5-3 : Composition des équipes

Les « débats FFD » opposent à chaque fois deux équipes respectivement dénommées « gouvernement » et « opposition ». Gouvernement et opposition sont constitués de la manière suivante : Gouvernement = 4 orateurs ; Opposition = 4 orateurs. Pour le Championnat du monde : Gouvernement = (1 délégation) + (1 délégation) ; Opposition = (1 délégation) + (1 délégation). Une délégation équivaut à une équipe de deux orateurs représentant une même association. Les deux délégations constituant chaque équipe (gouvernement ou opposition) sont réunies après tirage au sort.

  • Article 5-4 : Organisation du gouvernement et de l’opposition

Le gouvernement est composé d’un premier ministre, de deux ministres et d’un secrétaire général. Le premier ministre contextualise et problématise le sujet, définit ses termes, annonce le plan de son équipe, et présente le premier argument de cette-dernière. Les ministres commencent leur discours en réfutant le discours du débatteur qui les a précédés puis développent chacun l’un des arguments de leur équipe. Le secrétaire général résume les arguments du gouvernement et conclut. Le gouvernement est libre de définir le sujet comme il l’entend. Toute définition trop restrictive est néanmoins prohibée. 

L’opposition est composée d’un chef de l’opposition, de deux députés et d’un secrétaire général. Le chef de l’opposition reprend la définition des termes du sujet donnée par le premier ministre du gouvernement, réfute l’argument présenté par ce dernier, annonce le plan de son équipe et présente le premier argument de cette-dernière. Les députés commencent leur discours en réfutant le discours du débatteur qui les a précédés puis développent chacun l’un des arguments de leur équipe. Le secrétaire général résume les arguments de l’opposition et conclut.

  • Article 5-5 : Choix des positions

Une fois les équipes constituées par tirage au sort, les orateurs sont libres de choisir eux-mêmes la position qu’ils occupent dans le débat. Si au bout de quinze minutes, aucun terrain d’entente n’est trouvé entre les quatre orateurs constituant l’équipe, le président du jury procède à un second tirage au sort pour attribuer à chacun sa position.

  • Article 5-6 : Ordre de passage

Le gouvernement ouvre le débat par l’intermédiaire de son premier ministre. Une fois le discours du premier ministre terminé, le chef de l’opposition prend la parole. Lui succède le deuxième ministre du gouvernement, puis le deuxième député de l’opposition et ainsi de suite jusqu’à ce que tous les participants soient intervenus. Les secrétaires généraux s’expriment en derniers.

  • Article 5-7 : Modalités du discours

Chaque discours dure cinq minutes et se scinde en trois parties. Une « minute protégée » durant laquelle personne n’est autorisé à interrompre l’orateur. Trois « minutes libres » durant lesquelles les membres de l’équipe adverse peuvent à tout moment intervenir en lui posant des questions. Une « minute protégée » durant laquelle l’orateur conclut sans être interrompu. Chaque participant doit impérativement accepter de répondre à au-moins deux questions durant sa prestation. Tout plaideur dépassant la durée de cinq minutes sera invité à conclure par le président du jury. S’il ne se soumet pas à cette injonction, la parole lui sera retirée.

  • Article 5-8 : Participation du public

Le public est divisé en deux groupes parlementaires. Dans la partie droite de la salle se trouvent les spectateurs qui sont « plutôt favorables » au projet de loi. Dans la partie gauche, ceux qui sont « plutôt contre ». Les indécis prennent place au centre de la pièce. Chaque groupe parlementaire possède son propre représentant. Une fois le débat terminé, les chefs de groupes parlementaires disposent chacun d’un temps de parole de trois minutes pour exposer leurs vues et expliquer les raisons de leur ralliement au gouvernement ou à l’opposition. Avant l’intervention du premier chef de groupe parlementaire, le président du jury invite les spectateurs qui étaient indécis au début du débat, ou ceux dont la position a évolué en cours de débat, à rejoindre leurs nouveaux rangs.